Durée : 1h30 avec entracte

A 34 ans, Benjamin Bernheim s’affirme comme le digne héritier de Roberto Alagna. On le réclame sur les scènes du monde entier, notamment en Lensky d’Eugène Onéguine où la noblesse de son chant se conjugue à une intériorité dramatique bouleversante d’intensité. Mais il est un répertoire cher entre tous au cœur du jeune ténor : l’opéra français. Sous la direction de Nicolas Chalvin, le chanteur franco-suisse offre le plus ensorcelant bouquet d’airs tirés de chefs d’œuvre de notre répertoire (Faust, Manon, Roméo et Juliette…). Un bonheur !