Julie Mestre

Julie Mestre

Administratrice Générale

Julie Mestre, vous avez été nommée à l’unanimité Administratrice Générale de l’Orchestre des Pays de Savoie.
Quel a été votre sentiment premier en l’apprenant ?

Cela a été une immense joie. Tout est allé très vite en réalité, j’avais le sentiment que le jury de sélection s’était bien déroulé, mais je ne m’étais volontairement pas renseignée sur le profil des autres candidats, afin de rester concentrée sur ce que j’avais moi-même à apporter à l’orchestre. J’ai effectivement beaucoup travaillé à mon projet. Le soir même du jury, j’ai reçu un appel m’annonçant que j’avais été choisie, à l’unanimité effectivement. Cela est bien sûr flatteur, c’est une très belle preuve de la confiance qui m’est accordée par les membres du jury, mais cela représente surtout pour moi une obligation ; celle d’être à la hauteur des responsabilités qui m’attendent et de les assumer au maximum pour être pleinement engagée à accompagner l’Orchestre des Pays de Savoie dans son développement.

 

Vous avez un solide bagage dans le milieu culturel, que ce soit dans l’univers de l’art, comme de la musique.
Pouvez-vous nous parler un peu plus de votre parcours ?

Je suis diplômée de Sciences Po Paris, j’ai fait un master en affaires publiques avec une spécialité sur la gestion des administrations culturelles. J’ai débuté mon parcours professionnel au ministère de la Culture, où j’étais chargée du suivi administratif et budgétaire des établissements publics du spectacle vivant principalement. Cette première expérience a été structurante dans mon parcours, j’en ai tiré des enseignements qui me servent toujours aujourd’hui. Cela m’a ensuite donné l’opportunité d’évoluer en interne vers un poste de tutelle, à la délégation à la musique du ministère, qui consistait à accompagner les établissements publics de musique symphonique et lyrique – Opéra national de Paris, Opéra-Comique, Philharmonie de Paris – sur l’ensemble de leurs enjeux administratifs et métiers. Cela m’a permis de contribuer aux politiques publiques en matière musicale. J’ai ensuite souhaité mettre en application ces enseignements en évoluant sur un poste plus opérationnel, d’adjointe au directeur administratif et financier de l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs, où je me suis beaucoup plu.

A côté de cela, j’ai toujours poursuivi ma pratique du violon, commencée enfant, et je fais actuellement partie d’un orchestre symphonique amateur dont le cœur de mission est de travailler à la transmission et à l’accessibilité à tous de la musique classique.

 

Pourquoi l’Orchestre des Pays de Savoie vous a séduite, vous donnant envie de tenter l’aventure ?

Au-delà de l’excellence de la formation, j’ai été sensible à deux particularités de l’Orchestre des Pays de Savoie : son engagement culturel et sa dimension humaine. L’Orchestre des Pays de Savoie défend, et fait vivre l’idée, d’une musique classique itinérante, accessible au plus grand nombre. C’est la clé qui lui permet d’allier à mon sens modernité et excellence. Cette politique d’ouverture et de partage portée par l’Orchestre des Pays de Savoie au travers de ses actions de sensibilisation et de démocratisation culturelle m’a particulièrement touchée. C’est un engagement qui rejoint entièrement les convictions qui m’animent et mon sens du service public. Par ailleurs, il me semble que la dimension humaine de l’orchestre, de par ses dimensions réduites et des personnalités qui en font la richesse, est susceptible de créer une relation privilégiée avec le public. Il y a donc un fort engagement collectif.

 

Quel bilan feriez-vous de l’historique riche de l’Orchestre des Pays de Savoie avant votre arrivée ?

En 35 ans d’existence, l’Orchestre des Pays de Savoie a atteint des niveaux d’excellence et d’engagement artistiques remarquables. Sa force réside dans l’ancrage territorial marqué qu’il a acquis au fil des années. Cela résulte du travail accompli ces dernières années par le Directeur musical et son équipe, c’est aussi le fruit de l’engagement des musiciens, ainsi que celui du pacte territorial fort qui a donné naissance à l’orchestre et a accompagné son développement. En visant l’excellence artistique, en s’engageant dans des actions en direction des publics « éloignés » et « empêchés », en remplissant la mission d’implantation et de diffusion dans les territoires des Savoies et en région, je crois que tous ont œuvré à faire de l’Orchestre des Pays de Savoie un véritable partenaire pour les politiques d’aménagement culturel du territoire.

 

Comment imaginez-vous l’avenir de l’Orchestre des Pays de Savoie ?

Il me semble indispensable de tirer parti de la dimension atypique de l’Orchestre des Pays de Savoie dans le paysage des orchestres régionaux pour penser son avenir. La nature chambriste de l’Orchestre des Pays de Savoie et son absence de lieu permanent de représentation sont autant de spécificités qui doivent être envisagées comme des atouts pour faire de l’orchestre une formation moderne, par sa mobilité et par sa capacité à établir une relation de proximité avec le public. Cela impose que l’orchestre soit en permanence en prise avec les enjeux de son temps, dans ses propositions musicales, dans ses approches, dans son fonctionnement et sa gestion, aujourd’hui tout comme à l’avenir. C’est là tout le défi.

 

Chaque Administrateur apporte sa pierre à l’édifice, pour faire grandir cette institution de plus de 35 ans.
Qu’avez-vous envie de poursuivre ?
Que souhaiteriez-vous développer ?

La diversité des publics de l’Orchestre des Pays de Savoie est une de ses richesses qu’il s’agit de préserver. Entretenir cette proximité et irrigation du territoire – qui font l’identité et la vitalité de l’Orchestre des Pays de Savoie – et développer son rayonnement national et international implique de cultiver en permanence l’ambition et l’exigence artistique, au service du public.

Je souhaite également travailler à ce que l’Orchestre des Pays de Savoie soit en capacité de faire preuve de dynamisme permanent, d’innovation et de modernité afin d’investir les nouveaux défis et enjeux des politiques publiques culturelles et du monde musical plus largement : accompagnement des personnels artistiques, ouverture aux amateurs, poursuite des actions d’éducation artistique et culturelle, soutien aux objectifs de diversité et d’égalité femme-homme, etc.